Le réseau de mesure

Un réseau de mesure : pourquoi faire ?

Le cœur du projet CENSE repose sur le déploiement d'un réseau de mesure du bruit, via des capteurs spécifiques. Les mesures acoustiques ainsi obtenues seront combinées aux simulations numériques (en utilisant des logiciels acoustiques "classiques"), l'ensemble permettant de produire des cartes de bruit plus réalistes que celles uniquement produites sur la base des simulations.

Existe-til déjà des réseaux de mesures en France ?

Plusieurs grandes villes françaises ont déjà fait le choix de développer des observatoires du bruit afin d'avoir un aperçu de leur environnement sonore, leur permettant ainsi de disposer d'éléments factuels pour mettre en oeuvre  et évaluer des actions de réduction des nuisances sonores, mais également pour communiquer avec le public. Parmi, les observatoires les plus connus, on citera ceux de bruitparif (Ile-de-France) et Acoucité (Métropole de Lyon).

Quelle différence entre le réseau qui sera déployé à Lorient et les observatoires classiques ?

La seule différence porte sur les technologies utilisées : les observatoires classiques utilisent un matériel professionnel (dit de "classe 1", très coûteux), tandis que celui qui sera disposé à Lorient utilise des capteurs dit "bas coût". La différence de coût permet potentiellement de disposer d'un plus grand nombre de capteurs sur un territoire.

Comment fonctionne le réseau ?

La mise en oeuvre du réseau de capteurs repose sur une technologie originale proposée par le partenaire Bouygues Energies & Services (Citybox®) qui permet de transformer une infrastructure d'éclairage public en infrastructure communicante (comme un réseau CPL domestique). Les capteurs acoustiques (dits "passerelles") sont connectés en filaire et alimentés depuis un lampadaire. Certains capteurs (dits "nœuds") sont disposés dans des rues qui ne disposent pas d'un éclairage public accessible facilement et communiquent en onde radio vers les capteurs "passerelles" qui jouent alors le rôle de "relais". Ces nœuds sont alimentés par des panneaux photovoltaïques.

Quel risque sur ma vie privée ?

Les capteurs qui seront disposés mesurent uniquement des indicateurs acoustiques classiques dans le contexte de l'évaluation du bruit dans l'environnement (niveau sonore, spectre). Ces indicateurs ne permettent en aucun cas d'identifier un individu, un contenu... Il n'est réalisé aucun enregistrement audio. Les données (anonymes) sont stockées sur un serveur  et utilisées pour les besoins du projet de recherche. Sur le principe, ce réseau ne diffère en rien de ceux de bruitparif ou Acoucité.

Quel risque sur ma santé ?

Aucun !
Les capteurs sont connectés au réseau internet soit en filaire (pour les capteurs dits "passerelle"), soit par onde radio de type LoRa (pour les capteurs dits "nœud"). Ces derniers sont sans danger pour la santé.