Organisation

WP1. Coordination

Coordination

  • Judicaël Picaut (Ifsttar)
  • Arnaud Can (Ifsttar)

Comité de pilotage

  • Judicaël Picaut (Ifsttar)
  • Jeremy Ardouin (Wi6Labs)
  • Thierry Dhorne (UBS)
  • David Ecotière (Cerema)
  • Mathieu Lagrange (CNRS/LS2N)
  • Catherine Lavandier (UCP)
  • Christophe Mietlicki (Bruitparif)
  • Vivien Mallet (Inria)
  • Stéphane Laime (Bouygues Energies & Services)
  • Pierre Crépeaux (Ville de Lorient, advisory role)

Comité de suivi

  • Judicaël Picaut (Ifsttar)
  • Technical services of the city of Lorient
  • Elected officials of the City of Lorient

WP3. Réseau de capteurs de mesure du bruit

Cette tâche vise à produire un réseau de mesure du bruit, s'appuyant sur des technologies innovantes. La première originalité de cette approche repose sur la nature du réseau : (i) un réseau sans fil (pour les mesures de bruit "de base") et (ii) un réseau câblé (pour les mesures de bruit "avancées"). La deuxième originalité est que le réseau est supporté par un système d'éclairage urbain utilisant la technologie Citybox® développée par le partenaire Bouygues E&S, ce qui constitue une utilisation innovante de cette technologie. Cette solution mixte offre une flexibilité dans le développement d'un réseau de mesure du bruit, en tirant parti des infrastructures urbaines déjà déployées (réseau d'éclairage) pour le transfert de données et l'alimentation électrique, avec une extension possible du réseau câblé en utilisant des "capteurs à distance" supplémentaires.

Ce WP comprend le développement et le test de capteurs, le déploiement sur un site expérimental, ainsi que le stockage et le post-traitement des données.

WP5. Caractérisation des environnements sonores

L'objectif du WP5 consistera à produire des cartes de bruit "avancées", offrant une meilleure compréhension de l'environnement sonore urbain par rapport à la cartographie  classique des indicateurs de bruit. Des modèles de "paysage sonore" reposant sur l'identification automatique des scènes et des sources, seront proposés.

La connaissance de la nature même des sources sonores mis en jeu est obligatoire afin de mieux prévoir la qualité du paysage sonore à partir de l'audio, car pour un humain, l'aspect qualitatif du son perçu influence grandement la qualité globale. Basés sur des études récentes dans le domaine de la détection d'événements audio, les modèles qui seront développés permettront de mieux prévoir la qualité sonore extérieure perçue. 

WP2. Données et modélisation

De nombreuses sources d'erreurs sont potentiellement présentes lors de l'exécution d'un modèle de prévision du bruit, mais elles ne sont actuellement pas quantifiées. En conséquence, les résultats de la modélisation du bruit sont considérés comme des "valeurs exactes", alors qu'ils devraient être systématiquement associés à des incertitudes.

Dans ce contexte, l'objectif et l'originalité du WP2 est d'accéder à des données d'entrée améliorées afin de réduire a priori les incertitudes, puis d'étudier l'influence relative de tous ces paramètres sur l'incertitude finale des indicateurs acoustiques produit par les  modèles de prévision du bruit.

WP4. Assimilation des données et optimisation du réseau

Cette tâche vise à produire une meilleure estimation du bruit extérieur, en profitant à la fois des des simulations numériques, telles que générées dans le WP2, et des observations expérimentales issues du réseau de surveillance déployé dans le WP3. En d'autres termes, cette tâche permettra de fusionner les simulations et les observations afin de générer des cartes de bruit aussi proches que possible des niveaux de bruit "réels" (in situ). Les développements scientifiques proposés dans ce WP sur l'assimilation des données, constituent une rupture majeure et une originalité importante, puisqu'une telle approche n'a jamais été utilisée dans le contexte du bruit urbain.

Ces travaux comprendront la quantification de l'incertitude pour les estimations qui en résulteront. Les estimations se présenteront sous la forme de cartes de bruit avec la même résolution spatiale élevée que les simulations. L'objectif minimal est l'établissement de cartes de bruit horaires, soit pour les jours typiques (jour de semaine, samedi, dimanche, jours fériés), soit pour chaque jour de la période d'expérimentation. Les méthodes proposées seront compatibles avec une utilisation opérationnelle, notamment en termes de charge de calcul. De plus, la tâche consistera à optimiser le réseau de capteurs afin que les cartes résultantes soient aussi précises que possible. 

WP6. Plateforme SIG

L'objectif du WP6 est de développer une plate-forme SIG pour faciliter l'accessibilité des données, leur réutilisation et leur exploitation pour construire de nouvelles cartes thématiques. La plateforme mettra en œuvre les concepts d'Infrastructure de Données Spatiales (IDS). Les formats de données et les flux de données (représentations brutes ou graphiques) seront gérés par des standards de données ouverts.

La plate-forme s'articulera autour de deux composantes.

  • Une même base de données géospatiale regroupant toutes les données produites, quantitatives ou qualitatives, à différentes échelles spatiales et temporelles : mesures à partir de capteurs in situ, données de trafic, enquêtes, simulations et calculs d'indicateurs. Cette base de données géospatiale sera pilotée par le système de gestion de bases de données relationnelles Postgresql (RDDMS), étendu avec l'extension PostGIS.
  • Une application de services cartographiques, pour diffuser des cartes thématiques via Internet en utilisant le standard WMS (Web Map Services). Une attention particulière sera accordée aux descripteurs de style cartographique. L'enjeu est de pouvoir disposer d'une interopérabilité de représentation syntaxique opérationnelle avec une spécification ouverte mature capable de standardiser le code symbologique (résultats cartographiques).